Les origines d’Halloween

“Hell is empty and all the devils are here!” Le phrasé shakespearien se fait l’écho d’une fête que nous connaissons bien. Je veux parler d’Halloween bien sûr !  Si la fête des morts est bien ancrée dans l’imaginaire collectif, nous sommes tout de même loin d’être incollable à son sujet !

La fête des morts ne vient pas des Etats-Unis.

On pense à tort qu’Halloween nous vient des U.S, où les festivités du 31 octobre sont très suivies, et les productions culturelles sur le thème très nombreuses. Enfant, Qui n’a pas vu L’Etrange Noël de monsieur Jack, suivi les aventures de la très étrange Famille Addams, ou tremblé devant la cultissime série de films d’horreur, Halloween ? L’histoire d’Halloween en Amérique est plutôt courte. La fête des morts arrive aux USA à partir de 1845, lorsque la grande famine pousse 2 millions d’Irlandais à migrer au pays de l’Oncle Sam.

 

Une grande célébration celte

Halloween naît dans les îles anglo-celtes il y a plus de 2000 ans et tire ses origines du festival de Samain, le nouvel an celte. La fête païenne dure 7 jours et célèbre la fin de la saison claire et l’entrée dans la saison sombre. A cette occasion, la nuit du 31 octobre au 1 er novembre marque la suppression des frontières entre le monde des vivants et celui des morts.

Au 9ème siècle, les traditions celtes sont bousculées par la montée du christianisme. Le pape fixe au premier novembre la fête de tous les saints. Le soir du 31 octobre devient ainsi la veille de tous les saints : « All Hallows eve », qui deviendra au fil du temps « Halloween ». Au moyen-âge, de nouvelles pratiques apparaissent, comme le porte-à-porte déguisé, à la recherche de friandises !

 

Une tradition tombée en désuétude, puis remise à l’honneur

En France, on célèbre Halloween en Bretagne jusqu’à la moitié du 20ème siècle. A l’aide de bougies, les enfants bretons illuminent des visages effrayants, qu’ils taillent dans des betteraves, pour faire peur aux passants. Progressivement oublié, le folklore d’Halloween fait son grand retour en Europe dans les années 90… Avec notamment la fameuse citrouille, qui remplace le navet depuis le 19ème siècle, dans la version américaine de la fête des morts.

 

Renouer avec les racines celtiques

Fidèles à leur image d’irréductibles Gaulois résistant encore et toujours à l’envahisseur, les Bretons renouent aujourd’hui avec la tradition celtique du Samain. De plus en plus de manifestations culturelles mettent à l’honneur le nouvel an celte. Une semaine festive qui réaffirme l’identité bretonne et qui constitue une bonne excuse pour faire la fête !

A bientôt, Taly